Les militaires en entreprise : une chance pour celles qui osent !

D’ici à 2019, l’effectif des militaires devrait être diminué de 34 000 postes supplémentaires, ce qui en supprimera 82 000 en dix ans! L’engagement de nos forces armées dans un monde qui évolue sans cesse – en bien ou en mal –, souligne leur utilité par les temps qui courent. Malgré les nombreuses contraintes qui les affectent (d’ordre matériel et humain), au vu de la complexité des missions à remplir sur certains théâtres (Afghanistan, Mali, Centrafrique – les plus visibles récemment), nos forces armées réalisent les taches qui leur sont assignées sans complainte, en ayant toujours pour maître mot la réussite de la mission.

Seulement voilà, un grand nombre de militaires vont se retrouver sur le marché de l’emploi civil, et il paraît utopique de penser que l’ensemble de ces personnels trouvera un secteur dans lequel se reconvertir… Pour Bercy, il s’agit de diminuer la dépense publique, en réduisant le budget de la défense. Mais la réduction des coûts ne sera obtenue que si l’ensemble de ces personnels trouve un nouvel emploi sinon les dépenses se reporteront sur les aides sociales et les indemnités chômage !

Cette problématique manque cruellement de résonance sur la scène publique. Voici quelques pistes pour engager une réflexion sur le sujet : convaincre les entreprises françaises d’embaucher d’anciens membres de l’institution militaire ; promouvoir l’intérêt et l’excellente réputation de nos forces armées à l’international, ce qui contribuera en outre à accroître l’influence positive de notre pays ; enfin confier certaines activités de nos forces armées à des entreprises privées par externalisation .

Le coût de formation et retour sur investissement.

La France investit et continue d’investir dans le recrutement, la formation et le maintien à niveau de ses capacités opérationnelles, sollicitées sur des théâtres d’opération extérieure. Cela permet a fortiori un retour sur investissement de son engagement financier. Le reclassement des militaires au profit des entreprises françaises accroîtrait ce retour sur investissement, à l’instar de ce qui se pratique aux Etats-Unis. Ceux-ci ont pris en considération l’apport d’anciens personnels de l’institution militaire et n’hésitent plus à réserver une rubrique spécifique dans leur recrutement réservée aux anciens militaires d’active.
Nous pourrions prendre comme exemple la société AMAZON (connue en France mais beaucoup d’autres entreprises américaines utilisent ce vivier, L-3 communications, Bloomberg, Haliburton) qui réserve un encart spécialement dédié aux anciens militaires pour de nombreux postes, à commencer par la sécurité, la formation, le travail en environnement dégradé ainsi que d’autres postes sans rattachement direct au monde de la sécurité.

En France, nous devons encore nous poser la question de l’intérêt porté aux anciens militaires et sortir des esprits l’image caricaturale et réductrice des « bandanas et mitrailleuses » ! Les ex-militaires peuvent énormément apporter, transmettre et participer au développement des entreprises françaises. Ils apportent au premier chef une complémentarité avec le monde civil dans le raisonnement et les modes d’action pour une interaction dynamique et pragmatique.

Une réelle plus-value en entreprise des militaires.

La fidélité en entreprise commence à poser problème de nos jours, révélée par le dumping qui a cours dans certaines d’entre elles et qui provoque des désagréments tels que la fuite via des carnets d’adresses ou des fichiers clients. Par ricochet, cela engendre des coûts supplémentaires pour les entreprises et une perte de productivité liée à la formation permanente des salariés. Dans un tel contexte, l’engagement dont font preuve les militaires est à valoriser car le soldat a appris à exécuter une tache parfois ingrate, tout en recherchant constamment le meilleur résultat et le développement de ses qualités de management et de leadership.
Ce management qui a lieu dans des conditions très dégradées, où le moral est parfois touché et l’éloignement des familles éprouvé, élève cet art à un niveau supérieur à celui généralement connu en entreprise. Même si le parcours de nos militaires est différent de celui du monde civil, l’expérience montre que les réticences et les à priori face à leur entrée dans le monde de l’entreprise peuvent s’effacer très vite. Les échanges d’expérience et de savoir-faire prendront le dessus et se traduiront directement dans le résultat de l’entreprise.

Une faculté d’adaptation éprouvée

Les doutes quant à la faculté d’adaptation du personnel de la défense au monde civil ne peuvent pas persister éternellement. Il faut rappeler que les militaires ont vocation à être déployés à l’étranger. Le soldat français est le soldat diplomate par excellence. Cela constitue une spécificité reconnue de l’armée française, par toutes les autres armées du monde, et il faut le dire ! Ce résultat passe nécessairement par une intelligence des situations et culturelle. En effet, l’adaptation à une culture différente ne peut être acquise sans observation, ouverture d’esprit, et investissement personnel en dominant parfois ses propres préjugés culturels. Cet état d’esprit est appris, entretenu et développé tout au long d’une carrière. Il s’agit bien là d’une faculté d’adaptation ! Penser qu’un ancien personnel de la défense serait psychorigide au point de ne pouvoir s’adapter apparaît clairement comme une contradiction au regard des missions et à l’état d’esprit exigés par la République française lorsque l’on devient militaire.
En outre, les entreprises françaises, nationales et multinationales, évoluent de plus en plus sur de nouveaux terrains, dans des pays en voie de développement qui pour beaucoup manquent de stabilité politique, économique, sociale et sécuritaire. L’expérience d’anciens militaires, qu’il s’agisse de hauts gradés ou de techniciens opérationnels, ayant le savoir-faire, les réflexes et la compréhension pour évoluer dans de telles conditions peut s’avérer fort utile à l’entreprise.
Enfin, un afflux d’anciens militaires sur le marché de l’emploi peut répondre à la satisfaction de besoins spécifiques comme le montre l’exemple des entreprises d’« oil and gas » du Royaume-Uni. En effet, par manque de personnels qualifiés, celles-ci souhaitent se tourner vers les forces armées afin de recruter quelque 28 000 personnels de la défense partant à la retraite et de les former. Un tel choix traduit à la fois la reconnaissance d’un savoir-faire et d’un état d’esprit et la confiance dans la faculté d’adaptation des anciens militaires.

N’est-il pas nécessaire de reconsidérer la question du recrutement en entreprise et de mettre fin à la recherche constante des mêmes profils stéréotypés? Ma conviction est que le mélange des différentes cultures, façons de penser et expériences au sein de l’entreprise ne peut qu’enrichir son fonctionnement interne. Elle n’en sera que plus performante. Cela permettra une approche résolument globale et la plus fine possible pour aborder des problématiques complexes, sans angle mort, dans un monde où compétition et rentabilité règnent en maître. A chaque entreprise et à chaque service, d’entreprendre maintenant sa réflexion.

Romain PRUNT

Laisser un commentaire