Aperçu sur l’US Navy de demain : l’USS ZUMWALT

DDGLes destroyers de classe ZUMWALT DDG 1000 constituent l’avant-garde d’une nouvelle génération avancée de navires de combats dont les Etats-Unis sont en train de s’équiper. Ils offrent une polyvalence inégalée et réduisent considérablement les besoins en effectifs.

Classe IOWA, fleuron des cuirassés de la Navy depuis la seconde guerre mondiale.
Classe IOWA, ancien fleuron des cuirassés de l’US Navy.

Le ZUMWALT est conçu pour remplacer les  cuirassés de la classe IOWA qui, bien que  possédant une puissance de feu destructrice, seront beaucoup moins efficaces dans les  conflits futurs. C’est à bord de l’un d’eux que fut signée la capitulation du Japon lors de la  Seconde Guerre mondiale. Les deux derniers  cuirassés en service ont été rayés des cadres  de la flotte le 17 mars 2006, pour devenir des  bateaux-musées.

Classe ARLEIGH BURKE, destroyer multi-rôles de l'US Navy.
Classe Arleigh Burke, destroyer multi-rôles de l’US Navy.

Le DDG 1000 est le premier de sa classe et la construction de deux autres exemplaires est déjà prévue pour un coût total de 3,5 milliards de dollars. L’US Navy avait initialement prévu de construire 32 navires de ce type pour sa flotte. Toutefois, en raison de l’augmentation des coûts de production, elle a finalement décidé de construire des destroyers de la classe ARLEIGH BURKE, moins chers. La marine américaine en a actuellement 62 à flot, 4 en construction et 10 en commande.

Les destroyers de classe ZUMWALT feront 183 mètres de long et 25 mètres de large, pour un poids total de 14 800 tonnes. Ils disposeront de plusieurs technologies et équipements de nouvelle génération :

  • Système de navigation totalement informatisé : un réseau unique et chiffré qui contrôle toutes les applications informatiques à bord du navire, allant des feux du navire et du contrôle des machines, à ses radars et son système d’arme. Le degré élevé d’automatisation de l’interface du programme TSCE (Total Ship Computing Environment) permet au navire de fonctionner plus efficacement. Il pourrait également être configuré pour piloter des drones.
  • Boîtiers électroniques modulaires : une innovation de la construction navale qui contient plus de 235 baies électroniques individuelles « prêt-à-installer » pour une intégration facile lors de maintenance ou de mises à niveau technologique. Chaque navire transporte 16 de ces boîtiers.
  • Système de guerre sous-marine intégré : deux tableaux sonar (fréquences hautes et moyennes), via un système monté sur la coque conçu pour protéger le navire contre les mines, les sous-marins et les torpilles. En utilisant des algorithmes sophistiqués, le sonar permet aux destroyers ZUMWALT de mieux détecter et engager une menace ennemie.
  • Système de lancement vertical MK57 : un lanceur à la pointe de la technologie conçu pour tirer des missiles en cas d’attaques maritimes, terrestres ou aériennes. L’architecture électronique modulaire du MK57 permettra au destroyer ZUMWALT de passer rapidement à de nouveaux systèmes de missiles sans qu’il soit nécessaire de changer de lanceurs. Les lanceurs MK57 sont protégés par un « système périphérique de lancement vertical » qui permet de résister aux dommages de combat afin de sécuriser l’équipage et l’équipement embarqué.
  • Système de canon avancé : c’est l’AGS (Advenced Gun System) tirant une munition LRLAP (Long Range Land Attack Projectile). Chaque navire transporte deux canons de 155 mm capables de tirer des projectiles qui peuvent frapper une cible à une distance de 74 miles nautiques (140 km) avec une extrême précision, à la vitesse de 10 coups par minute.
  • Système d’alimentation intégré : souvent appelé bateau « tout électrique », la conception silencieuse et économique du système d’alimentation du destroyer génère la totalité de l’énergie nécessaire à la propulsion du navire et au fonctionnement de l’électronique et des systèmes d’armes. L’électricité du navire est produite par des turbines à gaz, qui génèrent ensemble jusqu’à 78 mégawatts. En naviguant à 20 nœuds, le système fournit ainsi 58 MW de puissance supplémentaire pour les armes, ce qui permet une grande flexibilité, notamment pour l’intégration des futures technologies.

La forme de la superstructure et l’agencement des antennes permettent de réduire considérablement la surface équivalente radar du navire, ce qui le rend très furtif.

Le ZUMWALT dispose également d’un héliport pouvant accueillir deux hélicoptères, ou un hélicoptère et un drone à décollage vertical.

La conception du navire permet également une optimisation des effectifs en réduisant la taille de l’équipage à 130 marins renforcés par un détachement 28 marins pour l’aviation. Les opérations de cycle de vie et les coûts de fonctionnement du navire en sont d’autant plus réduits. A titre de comparaison les navires de la classe IOWA, que le ZUMWALT doit remplacer, nécessitent de 1 800 à 2 700 marins pour fonctionner.

La construction du DDG 1000 a commencé en février 2009 et, bien qu’inauguré le 19 octobre 2013, des travaux restent à effectuer jusqu’à sa livraison à l’US Navy, prévue fin 2014. Celle-ci procédera ensuite à l’activation des systèmes de combat, incluant plusieurs périodes de tests et d’essais. Finalement, le navire devrait atteindre sa capacité opérationnelle en 2016.

Outre les porte-avions, le ZUMWALT constituera, à n’en pas douter, une des pièces maîtresses de la puissance de dissuasion maritime américaine des 50 prochaines années.

dre

Laisser un commentaire